Comment se mettre à son compte sans compter?

Et bien, une théorie entrepreneuriale a fait ses preuves depuis de nombreuses années, c’est celle de l’effectuation. Une fois n’est pas coutume, son créateur nous vient d’Inde, il s’agit de Saras SARASVATHY.

Le travail de cette chercheuse a été popularisé en France notamment par Philippe Silberzahn, professeur à l’Emilyon business school de la belle ville de Lyon. Philippe a d’ailleurs développé un MOOC sur le sujet.

Saras a ainsi développé 4 principes pour se mettre à son compte sans compter. D’où lui est venue cette idée? Et bien de l’étude de nombreux entrepreneurs qui ont réussi. Et de la capacité de ces derniers à réussir en partant de leurs ressources propres.

L’effectuation se décline en 4 principes:

  1. Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras
  2. Le raisonnement en perte acceptable
  3. Le patchwork fou
  4. Se mettre à son compte avec la limonade

1- Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras

Vos constatations peuvent être connues par tous et tout le monde peut s’en servir. La différence est que vous saurez transformer cette découverte en opportunité d’affaire.

Ainsi, le créateur de FacebookMark Zuckerberg, a créé cette machine à cash simplement en partant des besoins et des usages de chacun pour communiquer!Le titre parle par lui-même, se mettre à son compte, c’est partir de vos acquis personnels, ceux que l’on peut difficilement vous dénier. En effet, votre histoire et vos connaissances sont uniques. C’est donc dans vos talents et vos découvertes que vous allez compter en priorité pour dénicher votre business de demain.

Ensuite, il faut lister la liste de vos connaissances susceptibles d’être des parties prenantes dans votre aventure.

2- Le raisonnement en perte acceptable

Pour se mettre à son compte sans compter, il est aussi bon de raisonner à l’encontre du sens commun. En effet, si se mettre à son compte consiste pour beaucoup à vouloir gagner de l’argent, combien pensent à éviter d’en perdre? Ou dans une certaine mesure? C’est le principe du raisonnement en perte acceptable.

Se mettre à son compte en limitant les risques peut passer par y impliquer sa famille, ses amis. Et plus loin se trouver des partenaires. Il faut comprendre ici que le principe de l’effectuation, c’est d’abord une aventure sociale; une belle possibilité de communiquer et de gagner avec autrui.

En effet, ceux qui me suivent connaissent le principe de base de mon coaching professionnel, favoriser la performance par l’humain.

3- Le patchwork fou

Vous connaissez le patchwork? J’adore ce mélange hétéroclite de tissus de toutes les couleurs qui, par la magie de mains expertes, devient une belle écharpe, un pull, une nappe…

Le patchwork fou consiste, pour bien se mettre à son compte, de s’entourer de personnes hétéroclites mais qui toutes vous permettent d’évoluer vers votre objectif. Et ainsi donner une cohérence finale à l’ensemble.

Chaque partie prenante vous apportera une pierre à l’édifice de votre construction entrepreneuriale. Ces ressources pourront être un bureau à disposition, une prescription, une aide directe, etc.

4- Se mettre à son compte avec la limonade

il fut un temps, ça doit encore exister, ou des spectateurs mécontents d’un spectacle, “balançaient” à l’artiste tout ce qui leur

comment-passer-à-laction-80x50tombait sous la main! Mais, pour se mettre à son compte, il faut savoir tirer parti de toute surprise, même mauvaise…

Ainsi, la parabole de la limonade, si on vous balance un citron (dommage, c’est plein de vitamines), faites en de la limonade. La leçon à tirer ici, c’est que le professionnel qui veut se mettre à son compte doit être assez curieux et posséder de l’estime de soi suffisante pour dépasser toutes sortes d’épreuves.

En d’autres termes, se mettre à son compte via l’effectuation, c’est être souple, flexible et être prêt à revoir sa copie, comme ses objectifs. Car on ne parle pas encore de créer son entreprise. Ce qui fera l’objet d’un prochain article…

P.S. Pour envisager sereinement de se mettre à son compte et aller plus loin sur l’effectuation, Daniel Paraiso, auteur de ce post vous accompagne. 

Share This